Mode
Publié le

Louis Vuitton x Supreme : une collab’ inspirée par la dynamique new-yorkaise !

Présentée en janvier durant la Fashion Week homme, la collection automne hiver Louis Vuitton a fait sensation en annonçant une collaboration inédite avec Supreme. Le géant du luxe s’allie à la référence du streetwear.

Louis Vuitton / Matthieu Dortomb

C’est très certainement la collaboration mode qui suscite le plus grand désir ! Destinées aux hommes, certaines pièces pourront également séduire les femmes qui savent manier les codes de l’unisexe et intégrer des pièces masculines à leurs looks féminins.

Kim Jones, directeur artistique des collections homme pour Louis Vuitton depuis six ans, s’inspire de la culture de rue, du New York des années 1970, 1980 et début 1990 pour la collection de l’automne hiver 2017-2018. La maison de luxe française a choisi comme partenaire de crime Supreme, l’enseigne new-yorkaise, née en 1994 et emblème absolu de la culture downtown. Surprenante de prime abord, la collection capsule issue de cette fusion et présentée au sein même de la collection homme Louis Vuitton, s’avère être une belle réussite, tant sur la forme que sur le fond.

  
Louis Vuitton / Ludwig Bonnet

Ce n’est pas un hasard si la collaboration entre les deux marques, astucieusement orchestrée par Kim Jones, s’annonce comme un succès. Les deux maisons se rassemblent autour d’un fort attrait pour l’art, qui pour chacune d’elles donna naissance à de mythiques collaborations. Les pois rouges de Yayoi Kusama pour Louis Vuitton reviennent immédiatement en tête, mais pas seulement, puisqu’il y eut aussi Stephen Sprouse et les sacs Vuitton taggués ou encore Richard Prince qui immortalisa la campagne de 2008. Mais Supreme n’est pas en reste, avec ses collaborations ultra exclusives qui s’arrachent en boutique en quelques heures seulement. Rien qu’à l’automne 2016, l’ADN de la marque de streetwear fut scruté par le génialissime photographe Nobuyoshi Araki ou des légendes du graffiti comme Blade ou Dash Snow.


Louis Vuitton / Matthieu Dortomb

En termes de style, l’entente est parfaite. Inspirée par Big Apple, symbolisant plus que toute autre ville au monde un melting pot culturel et stylistique, l’excellence du street style new-yorkais s’allie subtilement au savoir-faire français du luxe. L’on retrouve dans cette collaboration de nombreux codes du streetwear : les sneakers, les pantalons « baggy », les vestes en jean, les casquettes, les sacs banane, l’imprimé camouflage et même des skateboards. Des pièces d’une élégance relax, taillées dans les matières les plus précieuses, aux coupes exemplaires et aux détails minutieux qui caractérisent l’univers du luxe.

  
Louis Vuitton / Ludwig Bonnet

Les vêtements d’inspiration workwear sont impeccablement confectionnés dans des soies, des cachemires ou encore des cuirs précieux. Un sens aigu de l’inachevé transparait et une ligne générale plutôt loose et oversize, qui rappellent effectivement le style de Jean-Michel Basquiat, entre autres références et qui définissent une nouvelle attitude et un style masculin multifacette. Les codes de la garde-robe du parfait gentleman sont réinterprétés façon streetwear, tout en intégrant les symboles du luxe. Les silhouettes sont fabuleusement stylées et inspirantes : un ensemble veste pantalon imprimé camouflage, sur une chemise et avec un long manteau à l’effet tweedé, sneakers aux pieds. Le costume en lainage se porte désormais oversize avec baskets et casquette, sans oublier le sac banane en bandoulière sur le torse. Tandis que les pièces de la collection capsule s’intègrent aux looks par leurs touches d’un rouge intense, le logo Supreme se mêle au monogramme Vuitton sur les vestes, sacs, foulards.

Tous les éléments composent une collection hautement désirable et qui se fait désirer, puisqu’elle ne sera disponible qu’à partir de juillet prochain.