Sport
Publié le

Soleil sur le rugby

Ce titre ne fait pas allusion aux conditions météorologiques du week-end dernier, toujours bien supérieures aux normales saisonnières. Mais au style de jeu pratiqué par l'équipe de France face aux Fidjis (surtout en deuxième mi-temps) et par le Stade Toulousain face à Bordeaux-Bègles.

Commençons par les Bleus, qui lors de leur tournée de juin avaient non seulement perdu leurs trois rencontres face à l'Australie, mais surtout fait preuve d'une apathie et d'un manque de créativité affligeants. Ce constat a d'ailleurs entraîné l'arrivée de Blanco dans le staff, avec pour objectif de donner un nouveau départ á un an à peine de la prochaine Coupe du Monde.

Et les cartes ont été redistribuées , puisque dans la ligne de trois-quarts, trois joueurs étaient sélectionnés pour la première fois. Avec les remplaçants entrés en jeu, ce sont sept joueurs qui ont fait leur début en équipe de France, probablement un record de l'ère professionnelle!

Certes, les Fidjis, qui dans l'histoire n'ont jamais battu les Français, ne sont pas l'opposition la plus redoutable. Le véritable test sera contre l'Australie la semaine prochaine, et dans une moindre mesure contre l'Argentine. Mais les Bleus ont réalisé samedi une prestation de qualité, dans l'engagement et dans la vitesse d'exécution, marquant cinq beaux essais. Et surtout, ils ont pour la première fois depuis longtemps joué "libérés" : l'envie de gagner a pris le pas sur la peur de perdre, souhaitons leur de continuer sur cette lancée.

Grand match à Bordeaux, avec du volume de jeu et un suspense Hitchcockien dans les dernières minutes, et les Rouge et Noir s'imposent 21 à 20, là où Castres et Clermont, excusez du peu, avaient pris plus de cinquante points.

Tout avait pourtant mal commencé, l'Union Bègles Bordeaux récitait son rugby, occupait le camp des Toulousains réduits, selon l'expression de Guy Novès, au rôle de "spectateurs" pour mener 9-0 après un quart d'heure. Puis le Stade a mis la main sur le match, et renversé la situation par deux superbes essais...à la Toulousaine! Un de Poitrenaud sur ballon de récupération joué à la perfection, un de Fritz après plus de deux minutes de temps de jeu, pour mener 12-9 à la mi-temps. L'UBB accusait le coup, mais s'accrochait avec opiniâtreté.  15-15 à vingt minutes du coup de sifflet, puis alors que Toulouse semblait avoir match gagné à 21-15, un essai assassin à la 79eme minute : si Bernard passait la transformation, en position relativement facile, Bègles gagnait le match sur le fil. Mais le coup de pied passa à quelques centimètres des poteaux, permettant á Toulouse de gagner son sixième match consécutif, et son deuxième à l'extérieur : des points qui seront précieux dans la course à la qualification...