Sport
Publié le

Singing in the rain

Sous une pluie battante, la France, dominée en première mi-temps, a su revenir dans le match pour gagner 10-9. Elle remporte ainsi sa première victoire face à l'Irlande depuis 2011.

Irlande et Galles, qui dominent la compétition depuis quatre ans, avaient fait forte impression lors de la première journée du tournoi par leur capacité à conserver le ballon et multiplier les temps de jeu, ainsi que par la densité de leur engagement physique. En comparaison, les Bleus semblaient bien tendres après une prestation contre l'Italie marquée par de belles intentions offensives, mais aussi par une inquiétante passivité dans la défense et le combat. Ils avaient frisé la correctionnelle, l'emportant de justesse 23-21 face à de modestes Italiens.   

Si l'on rappelle que les Verts sont la bête noire des Bleus, avec une dernière défaite cinglante 24-9 en Coupe du Monde qui avait envoyé le XV de France à l'abattoir contre les All Blacks en quart, si l'on ajoute que la météo annonçait un temps irlandais sur Paris pour la journée de samedi avec une pluie quasi ininterrompue, il était légitime de nourrir quelques inquiétudes avant la rencontre. Avec cependant une raison d'espérer, ce que l’un de nos fidèles lecteurs appelle "l'effet Stade Toulousain" ! 

Guy Novès souhaite en effet  mettre en œuvre avec l'équipe de France les principes du jeu à la toulousaine, qui repose d'abord, faut-il le rappeler, sur une conquête performante et une domination du pack, afin de pouvoir jouer les ballons d'attaque dans les meilleures conditions, en privilégiant l'alternance et l'évitement. Et le nouveau coach des Bleus a une capacité reconnue  à manager les hommes, en adaptant le discours à chacun pour l'amener à donner le meilleur de lui-même. A n'en pas douter, Guy Novès a dû jouer cette semaine de tous les leviers pour mobiliser son équipe en vue d'un match capital.  

La première demi-heure du match a été nettement dominée par les Verts. La possession et l'occupation étaient irlandaise, les Bleus avaient le plus grand mal à sortir de leur camp. Et quand ils avaient le ballon, ils faisaient preuve d'une certaine fébrilité, avec notamment de nombreuses fautes : la France a concédé huit pénalités sur le match, mais six l'ont été dans ces trente premières minutes. C'est donc fort logiquement que l'Irlande virait en tête à la mi-temps, en menant 9-3, la seule satisfaction pour les Français étant du côté de la défense, avec des montées rapides et agressives, qui avait permis de contenir les score.  

C'est en deuxième mi-temps que les mouches ont changé d'âne, pour reprendre l'expression chère à Pierre Albaladejo. Les Irlandais ont semblé petit à petit lâcher prise devant l'intensité du combat, le coaching français a été décisif, avec l'entrée dès la quarante-cinquième minute des piliers Slimani et Ben Arous. Titulaires habituels depuis quelque temps, ils avaient commencé le match sur le banc des remplaçants après une prestation fort décevante contre l'Italie. Ils avaient visiblement à cœur de se racheter, et leur entrée en jeu a permis à la mêlée française de prendre définitivement le pas sur sa rivale. Bénéficiant d'une pénalité face aux poteaux à un quart d'heure de la fin du match, le capitaine Guirado a choisi la mêlée plutôt que les trois points. Après trois mêlées pénalisées, les Irlandais semblaient au point de rupture, et sur la quatrième, Machenaud accélérait au ras, puis décalait impeccablement Médard pour un essai transformé qui donnait l'avantage à la France. Les Bleus dominaient la fin de match en restant dans le camp de leur adversaire pour s'imposer 10-9 au final, dans un Stade de France chantant sous la pluie...  

Beaucoup reste à faire dans ce groupe France, mélange d'expérience et de jeunesse, mais à n'en pas douter cette équipe a une âme, et l'avenir est plein de promesse. Rendez-vous à Cardiff le 26 février prochain contre une équipe galloise qui sera dure à battre à domicile !