Culture
Publié le

La Glocalization dans la Globalisation : l’importance des aspects interculturels dans les affaires

Tout le monde connaît la signification du terme globalisation : le produit ou le service qui à partir d’un pays donné s’implante partout dans le monde : de national il devient international.

Mais, avez-vous déjà entendu parler de la glocalisation ? Lorsque vous mangez chez McDonald's en France, en Italie ou aux Etats-Unis… vous avez certainement remarqué qu’il n’avait pas le même goût partout? Et il y a une raison toute simple à cela : les goûts des consommateurs ne sont pas les mêmes dans tous les pays. Ils sont même très différents selon les cultures.

Des recettes bien françaises pour ces éditions spéciales dans les McDonald's de France

Pour ne pas prendre le risque de voir rejeter son produit, une entreprise essaie autant que possible de plaire immédiatement à ses futurs clients. Et pour ce faire… s’adapte et crée très souvent un produit spécifique après analyse, tests et autres accommodations. En gros, elle respecte la culture du consommateur. Ce qui est une démarche plus subtile que la globalisation, procédé utilisé par exemple par Coca Cola mais également par les marques comme Vuitton qui font des campagnes de pub tellement réussies que le consommateur, où qu’il se trouve, adopte le produit tel quel et se l’approprie.

Des hamburgers adaptés au pays de chaque consommateur chez McDonald's

Plaire aux clients… certes, mais n’oublions pas que c’est en premier lieu pour gagner de l’argent et augmenter ses parts de marché. Subtilement, insidieusement, les grosses corporations s’installent partout et imposent leurs produits et leurs services. Car là est bien le problème central, selon le Dr. Upendra D. Acharya, qui dans une passionnante conférence, nous a sensibilisés aux risques de domination par ses grandes corporations mondiales.

Avec charisme et une certaine bienveillance, cet éminent spécialiste a cité quelques exemples de cas où les entreprises ont non seulement ignoré, mais même anéanti des cultures et des traditions séculaires et ce malgré les poursuites judiciaires engagées par les personnes lésées. Il rappelle que ces situations ont provoqué beaucoup d’indignation comme dans le cas des tribus anciennes forcées de quitter leurs terres en Afrique ou lors de la déforestation massive appliquée en Amazonie. Le tout simplement pour permettre aux grands de faire du business. Le constat s’impose aux yeux de cet expert : avec l’argent, on peut acheter tout et même avoir du pouvoir, plus que certains gouvernements même, au détriment de valeurs et d’institutions séculaires qui sont ignorées voire anéanties.

En ces temps où la libre circulation introduite par l’OMC  autorise des entreprises comme Mon Santo de vendre du maïs transgénique partout, les législations spécifiques dans certains pays, dont la France, permettent fort heureusement de refuser ces produits. La globalisation qui représente le but ultime de ces sociétés, trouve donc ses limites dans la glocalisation et l’application des législations locales.

Toutes ces réflexions qui peuvent paraître austères et pessimistes, sont néanmoins essentielles dans le fonctionnement de nos sociétés et de son développement. Selon le Pr. Acharya qui le rappelle à son auditoire composé majoritairement d’étudiants futurs décideurs, il faut rester vigilant et ne pas ignorer ce qui se passe autour de nous. Tout en utilisant les progrès de la technologie, il est de notre devoir de préserver notre intégrité, nos richesses, qu’elles soient agricoles, culturelles ou de tout autre nature. Valeurs humanistes par excellence, les notions de respect et de responsabilité doivent nous guider dans chacune de nos décisions et dans chacun de nos actes.

 

Conférence donnée le 25 Juin 2014 à l’American Business School à Paris par le Dr. Upendra D. Acharya.