Culture
Publié le

Festival européen du court métrage de Bordeaux : la jeunesse tient les rênes

Pour sa vingtième édition, du 29 au 31 mars, le Festival prône la mise en avant de sa région, et ce sont une nouvelle fois des étudiants passionnés, de l’association Extérieur Nuit, qui participent à son bon fonctionnement.

Laure Godini fait partie, depuis quelque temps maintenant, de l’association Extérieur Nuit, tout comme d’autres étudiants passionnés d’art, qui veillent au bon déroulement du festival européen du court-métrage de Bordeaux. En tant que responsable événementiel du festival, Laure s’occupe plus particulièrement de deux moments clé, à savoir la soirée d’ouverture et celle de la clôture. Une fonction importante, assurée avec le soutien d’autres étudiants de l’association, qui lui permettent de pouvoir « compter les uns sur les autres », comme elle nous le confie. Car la philosophie de l’association est primordialement celle d’étudiants soudés, ayant appris la notion de travail en groupe, dont la mise en place et les rendus sont propices à une « grande aventure humaine » comme la définit la jeune femme, visiblement épanouie par son rôle et sa mission.

Si les courts métrages sont encore peu distribués dans les cinémas, le festival les a quant à lui mis sur un piédestal depuis 20 belles années, afin d’initier les passionnés de cinéma à cette autre forme de réalisation, ce que Laure qualifie de « bonne initiative », elle qui baigne dans l’art depuis ses plus jeunes années, s’étant essayé à plusieurs formes d’art, comme la peinture ou encore le dessin.

Afin d’initier pleinement les participants du festival au court métrage, plusieurs propositions leur sont faites, et leur permettent d’explorer différentes facettes du monde du court métrage, à savoir les clips vidéo ou les documentaires, entre autres formats.

A côté de cela, la vingtième édition est synonyme d’innovation, et met bel et bien sa région, la Nouvelle-Aquitaine, à l’honneur. Pour ce faire, un nombre plus conséquent de professionnels du cinéma et de l’audiovisuel de la région ont été sollicités cette année. Qui plus est, le court métrage produit lors de la soirée d’ouverture du festival, dont est chargée Laure, est réalisé par un habitant de Bordeaux. L’occasion de mettre en scène les talents de la région et de la ville organisatrice du festival, afin de les faire briller durant ces trois derniers jours du mois de mars.

D’autres innovations sont annoncées, puisque le festival, fier de ses origines, promet quelques belles surprises ainsi qu’un beau voyage initiatique pour les nombreux curieux qui auront le plaisir de rentrer dans l’univers du court métrage pendant trois jours.