Gastronomie
Publié le

Big Fernand fait rimer générosité et gourmandise en cette fin d'année

Se faire plaisir en croquant dans les succulents « Hamburgés » de Big Fernand prend encore plus de sens en cette période de fêtes puisque l'enseigne organise une opération caritative au profit de l'Institut Gustave Roussy.


En seulement quatre ans, Big Fernand est devenu un acteur majeur d’une street food saine et gourmande. Grâce à ses Hamburgés fins et délicats, la chaîne a déjà séduit le palais de nombreux curieux. Les produits tout comme le concept tout entier font directement écho à l’esprit du « bien manger » à la française. Du bon fromage au lait cru, de la viande hachée sur place, un pain travaillé par des artisans boulangers, ou encore des frites maison, appelées « Fernandines », tout est 100% français. Big Fernand n’a pas non plus hésité à s’inspirer de quelques clichés pour faire vivre une véritable expérience à ses hôtes. Ainsi, le personnel, vêtu de bérets, de bretelles, et de chemises à carreaux, plonge immédiatement les gourmands dans une ambiance chaleureuse des plus atypiques.

Pour terminer l’année sur une note de sincérité et de gourmandise, Big Fernand a souhaité renouveler une opération caritative, en mettant son savoir-faire au profit de l’Institut Gustave Roussy, le premier centre européen de lutte contre le cancer qui regroupe un centre de soins, de recherche et d'enseignement, tout en prenant en charge des patients atteints de cancer. Pour créer l’événement, la chaîne n’a pas hésité à s'entourer d'un partenaire de choix et hautement charismatique, en la personne de François-Xavier Demaison. Ainsi, Big Fernand a envoyé le comédien derrière les fourneaux pour concocter avec lui une édition limitée d’un nouvel Hamburgé, nommé Le François-Xavier. Cette recette unique est disponible dans tous les Big Fernand de France, du 19 au 23 décembre. Tous les bénéfices seront ensuite reversés à l'Institut Gustave Roussy. A ce jour, l’opération a déjà permis de récolter la somme de 14 724 euros, et ce n’est pas fini puisqu’il reste encore quelques jours. Une promesse culinaire associée à un acte de générosité, de quoi succomber facilement à la tentation gustative.